Vin Rosé

Plus vieux vin de l’histoire, le vin rosé est souvent très apprécié pour son goût fruité et sa fraicheur. Son obtention se fait par la fermentation alcoolique d’un moût de raisins noirs à jus blanc. Cette texture a préalablement été obtenue par la macération pelliculaire des grains de raisins, et contient leur jus, leur pulpe et leur peau. Deux méthodes d’obtention des jus peuvent être utilisées dans l’élaboration du vin rosé : la saignée ou le pressurage direct. Le principe de la saignée, plus traditionnel, utilise des cuves « égouteuses » où le vinificateur peut faire macérer sa vendange plus ou moins longtemps. Le pressurage, beaucoup plus utilisé aujourd’hui, consiste à verser directement la vendange dans le pressoir, qui va effectuer les étapes de macération et d’extraction avec différentes phases de niveau de pression. Les jus seront ensuite sélectionnés selon leur couleur et leur arôme.

Il faut savoir que la fabrication du rosé est très technique et nécessite des connaissances significatives en termes d’œnologie. L’état sanitaire de la vendange devra également être contrôlé lors de l’élaboration de rosés puisque certains critères tels que la vivacité de la couleur (teinte violacée); l’arôme du jus; et la qualité du débourbage (clarification du moût) devront être optimisés. Enfin, de nombreux cépages (variétés de vignes) peuvent être utilisés pour élaborer des vins rosés, comme notamment le merlot, le pinot noir ou encore le gamay, qui sont aussi utilisés pour produire du vin rouge.

La production du vin rosé

Selon des écrits anciens, le vin rosé est le premier vin apparu dans l’histoire. Les premières vignes sauvages produisaient d’une boisson semblable. Les premières fermentations reprenaient les grands principes actuels de la fabrication du rosé.

Contrairement à ce que certains pourraient croire et aux pratiques peu recommandables de certains viticulteurs à la propension à jouer au petit chimiste, le vin rosé n’est pas le fruit du mélange entre le vin blanc et le vin rouge. Il vient des vignes de vins rouges, mais son processus de macération et de fermentation diffère.

Il n’en reste pas moins une certaine incertitude quant à la définition même du vin rosé. Si le rosé appartient pleinement à l’industrie viticole, sa composition demeure floue. Il naît de la fermentation alcoolique du jus de couleur blanche du raisin coloré en noir. Du rosé, quasi translucide, au rouge vif, il existe une large palette de robes propre au vin rosé. En bouche, la dégustation du vin rosé est très fruitée, fraîche et légère.

La dégustation du von rosé

Véritable star de l’été, il se déguste en apéritif, avec des salades ou des barbecues. Une touche légère qui fait du vin rosé un vin secondaire dans l’esprit de beaucoup d’amateurs. Longtemps, le rosé n’eut pas bonne presse. Les spécialistes lui attribuaient tous les défauts : vignes secondaires, utilisées en cas de mauvaise récolte des raisins pour éviter de les gâcher. Aujourd’hui, le producteur comme le consommateur a révisé son point de vue. Le vin rosé retrouve ses lettres de noblesse. De grands millésimes fleurissent sur les tables. Cependant, pour harmoniser l’alcool et le fruit, le viticulteur doit, avec le rosé, décupler ses efforts.

Les cépages de vins rosés s’avèrent les mêmes que ceux dédiés au vin rouge. Il peut s’agir du cabernet franc, du merlot, du pinot noir, du gamay ou encore du cinsault. Contrairement à des récoltes de vins rouges ou de vins blancs, le vin rosé exige une vigne d’une « propreté spécifique ». Les viticulteurs doivent écarter les risques de microbes dans leur parcelle. Il faut également qu’ils vérifient la pureté du jus, qui laisse parfois échapper un goût de terre.

La couleur de la rose du vin apporte également beaucoup. Pour créer cet aspect, le viticulteur utilise des anthocyanes, un colorant naturel concentré dans les baies de la vigne. Plus la parcelle est ensoleillée et plus les pellicules des baies contiennent de colorant. Cueilli au petit matin, le raisin est ensuite macéré en milieu aqueux. L’art du viticulteur réside dans le temps de macération. Cette durée conditionne à la fois la couleur et la rondeur du vin.

Aujourd’hui, le vin rosé se récolte principalement dans les régions ensoleillées, en Provence, en Corse, dans le Languedoc Roussillon et même dans le Bordelais. La plupart du temps ce vin est sec. L’Anjou produit un Cabernet au goût liquoreux qui accompagne de manière originale les desserts. Le pinot noir en Bourgogne à la robe quasi rouge se distingue également. Il existe également des vins rosés pétillants.