Vin effervescent

Le vin effervescent, qui s’oppose au vin tranquille, est un vin qui a la particularité de contenir une forte concentration en dioxyde de carbone, lui donnant ainsi une sensation gazeuse au goût. L’intensité de cet effet gazeux sera défini par la quantité de CO2 présente, et les vins effervescents sont donc de trois types : le vin perlant ; le vin pétillant ; et le vin mousseux. Le perlant est légèrement effervescent, tandis que le pétillant l’est plus, et que le mousseux est celui qui a la plus haute teneur en dioxyde de carbone.
La méthode de fabrication des vins effervescents la plus utilisée est la méthode traditionnelle dite champenoise, mais dans tous les cas elles aboutissent à un principe appelé prise de mousse, qui est la dernière étape de la vinification, apportant son effervescence au vin. Mais comment celle-ci apparait ? En réalité, même si d’apparence la bouteille laisse apparaitre un liquide ayant l’apparence d’un vin tranquille sans bulles, du gaz CO2 y est dissous à saturation, et celui-ci va augmenter de volume lorsque la pression va diminuer à l’ouverture de la bouteille. La pression remontant au niveau atmosphérique, le CO2 va se détendre et passer à l’état gazeux.

La production du vin pétillant

Le vin pétillant également nommé effervescent est un vin contenant du dioxyde ce carbone (CO2). Cet ingrédient lui apporte en bouche un aspect piquant. Lors de l’ouverture de la bouteille et le service au verre, le vin effervescent mousse sous l’action du CO2.

Le vin pétillant symbolise la fête et le luxe. Il se déguste en apéritif et accompagne les desserts. Il se sert également fréquemment lors de cérémonies ou d’événements spéciaux. Son prix peut atteindre plusieurs milliers d’euros en fonction du type de produit. La plupart du temps, le vin effervescent est fabriqué à partir de vin blanc, mais également parfois rosé et même rouge.

Le vin effervescent se déguste traditionnellement dans des flûtes, avec un peu de mousse. Pour les vins hauts de gamme, il est préférable d’opter plutôt pour des coupes ou des verres à champagne qui préservent les bulles et permettent au nez d’entrer dans le verre afin de sentir toutes les notes. Il doit être réfrigéré avant la dégustation.

Il existe trois types de vin effervescent. Certains muscadets ou vins de Savoie présentent une note légèrement piquante, appelée vin perlant. Ils restent faiblement gazeux. Les vins pétillants au contraire contiennent davantage de CO2. De fait, la sensation de perles demeure tout au long de la dégustation. Enfin, les vins mousseux se composent de nombreuses bulles. L’effet perlé et la mousse sont ainsi décuplés.

Les appellations du vin effervescent

La France est le premier pays producteur de vin effervescent, après l’Espagne et l’Italie. Les exportations partent notamment vers la Chine qui raffole des spécialités françaises. La qualité du vin effervescent et surtout son prix dépendent de sa région de production et des différentes appellations qui la régissent.

Le vin effervescent le plus prestigieux demeure, évidemment le vin de Champagne. Contrôlés avec soin, ces vins se composent d’un mélange de pinot noir, de pinot meunier et de chardonnay. Les terres de Champagne accueillent de multiples producteurs de vin de pétillants. Les plus célèbres, qui font la renommée mondiale de la région, restent Don Pérignon, Moët et Chandon ou bien encore Veuve Cliquot.

D’autres appellations moins prestigieuses et donc moins onéreuses existent et rivalisent parfois avec les plus grands champagnes. En pays catalan, la recette de la blanquette de Limoux se transmet de génération en génération depuis l’époque romaine. L’Aude est un département fortement ensoleillé. Les vignes de Mauzac offrent sur une terre légère faite d’argiles et de calcaires un vin blanc particulièrement délicieux.

La Loire et plus particulièrement les vignobles d’Anjou, de Touraine et de Saumur restent particulièrement célèbres pour leur crémant. La Vallée de la Loire produit des vins effervescents à partir de vin rosé et de vin blanc. La particularité des crémants de Loire réside dans la deuxième fermentation opérée directement dans la bouteille.

La Bourgogne et l’Alsace disposent de leur propre crémant, sous une appellation d’origine contrôlée. Clairette de Die vient de la Vallée de Drôme, au cœur des Alpes du Sud. D’autres pays disposent de leur propre spécialité pétillante. C’est le cas, par exemple, du cava en Espagne ou du Prosecco en Italie.

Pourquoi le vin effervescent pétille?

Pour comprendre le principe d’un vin effervescent, il faut revenir à une loi chimique dite de Boyle-Mariotte. Dans une bouteille de champagne fermée, le gaz se trouve dissout dans le liquide. Aucune bulle ne se forme encore. La présence néanmoins de gaz rend la pression de l’air sur le bouchon plus forte. Voilà pourquoi les bouchons de vins pétillants sont entourés d’un muselet de fil de fer qui empêche la presse de faire sauter le bouchon de manière anarchique. Lorsque la bouteille est ouverte, la pression à l’intérieur devient immédiatement la même que celle de l’air ambiant. Le CO2 se détend alors et passe de l’état liquide à l’état gazeux au contact de l’air. Au bout d’un certain temps, le gaz se dissout complètement dans l’atmosphère.

La dose de sucre dans une bouteille de vin effervescent définit les termes : brut nature (sans sucre), extra brut, brut, extra sec, sec, demi-sec et doux. Les bulles sont, le plus souvent, ajoutées en cuve, après la fabrication du vin dit tranquille. Cette méthode traditionnelle, également appelée méthode champenoise, en hommage aux grands vins de champagnes reste la plus courante aujourd’hui encore.