Vin d’Argentine

Cinquième producteur mondial de vin, l’Argentine produit en moyenne 16 millions d’hectolitres de vin chaque année. Plusieurs régions argentines sont spécialisées dans la viticulture, telles que Mendoza (qui produit quand même 70 % du vin !) ; San Juan ; La Rioja ; Rio Negro ; et enfin Salta. Ces vignobles argentins ont la particularité d’être situés en altitude, c’est-à-dire entre 600 et 1500 mètres d’altitude environ. Les caractéristiques physiques des vignes sont donc spécifiques elles-aussi, avec notamment des sols au caractère sableux, graveleux et argilo-calcaire. Le climat, quant à lui, est aussi caractéristique du pays, avec un type continental sec, et vraiment très peu de précipitations. Cela posant problème pour la culture de la vigne, des systèmes d’irrigation « goutte-à-goutte » permettent d’apporter l’eau nécessaire aux vignes. Par contre, la chaleur du climat est très appréciable et intéressante pour la production du vin en Argentine.

Au niveau historique, l’introduction de la culture de la vigne en Argentine provient à l’origine d’Espagne. En effet, Juan Cedrón a introduit en 1557 les premières vignes à Santiago del Estero, pendant les colonisations des Amériques. C’est à partir de ce moment là que la production de vin a commencé à s’exercer en Argentine, et à s’étendre à d’autres emplacements du pays. Les premiers cépages utilisés furent les cépages argentins, mais au fur et à mesure les cépages européens, de meilleure qualité, commencèrent à être directement importés.

Les principales régions argentines aujourd’hui productrices de vin, bien qu’ils en existent d’autres, sont surtout celles de Mendoza et San Juan, comme expliqué plus haut. Le vignoble de Mendoza produit même 70 % du vin argentin.